Perspectives Collégiales

Décembre 2012 Vol. 8 No 2

Le visage de la recherche collégiale

Un algorithme pour lire le cerveau? Des huiles essentielles pour remplacer des antibiotiques? Créer du houblon québécois? Récupérer du chrome de manière écologique? Des scénarios de science-fiction? Non! Il s’agit plutôt d’exemples de recherches menées au collégial.

Sous le thème Les cégeps, moteurs de recherche, le congrès de la Fédération des cégeps qui s’est tenu en octobre dernier a été l’occasion de mettre en lumière les réalisations des collèges en recherche, une activité qui a cours dans les établissements depuis plus de 40 ans. Perspectives collégiales vous présente dix exemples d’initiatives originales et de projets de recherche novateurs menés dans les cégeps.

LIRE LE CERVEAU
Hélène Nadeau, enseignante en physique et chercheuse à Dawson College, a développé et implanté un nouvel algorithme visant à combiner des données qui proviennent de différentes techniques d’imagerie à résonance magnétique pour obtenir une vision plus complète du cerveau humain. Elle valide maintenant ce nouvel outil informatique et l’utilise dans une étude des différences entre le cerveau des voyants et celui des non-voyants. Les résultats seront ensuite analysés en collaboration avec des neuropsychologues.
Source : Dawson College

FATIGUÉ DE VOS ALLERGIES?
Les cellules dendritiques sont responsables de la capture des allergènes et du déclenchement ou non d’une réaction immunitaire. Le professeur de chimie du Cégep de Sorel-Tracy, René Therrien, croit qu’en approfondissant la recherche sur ces cellules, il sera en mesure d’établir si, du point de vue cellulaire et biochimique, l’environnement a un effet sur le développement des allergies. Source : Cégep de Sorel-Tracy

UN QUESTIONNAIRE ET SIX ÉPREUVES DE LANGAGE EN TRENTE MINUTES
Un vrai défi pour une équipe de recherche du Collège Montmorency qui vient de développer des outils inédits en français pour l’identification rapide d’étudiants du collégial à risque d’échec en raison de traits de dyslexie non encore diagnostiquée. Des mesures de soutien leur seront alors accessibles pour les aider à prévenir l’échec. Source : Collège Montmorency

POUR DES ÉTUDIANTS ALLUMÉS
Johanne Roby, enseignante en chimie au Cégep de Sherbrooke, s’intéresse aux effets de l’éclairage artificiel sur la santé. Elle étudie les incidences négatives de la lumière artificielle sur le cycle circadien (jour/nuit), s’intéressant notamment aux effets sur le sommeil de l’exposition aux écrans de téléviseurs et d’ordinateurs. Elle examine également, avec la participation de ses étudiants, les conséquences positives de la luminothérapie sur l’humeur et sur le rendement scolaire. Source : Cégep de Sherbrooke


Des étudiants-chercheurs dans les cégeps? Ça existe!

« Il est possible de faire de la recherche de haut niveau au collégial, même en tant qu’étudiant. »
— David Drouin, étudiant-chercheur, Cégep de Sainte-Foy

David Drouin lors du point de presse au congrès de la Fédération des cégeps

Le moins que l’on puisse dire, c’est que David Drouin, étudiant au Cégep de Sainte-Foy, est un passionné de sciences. Sans expérience en recherche, mais armé d’une motivation à toute épreuve, il s’est lancé dans un domaine qui lui tient particulièrement à cœur : la résistance bactérienne développée en réaction aux antibiotiques traditionnels. Son hypothèse? Des huiles essentielles, combinées à des probiotiques, présenteraient des propriétés curatives qui pourraient remplacer les antibiotiques traditionnels.

Ses travaux de recherche et les résultats qui en ont découlé (l’huile essentielle de cannelle démontrerait déjà son efficacité) l’ont conduit à participer à divers concours scientifiques et lui ont permis de repartir avec l’AVENIR Science et applications technologiques au dernier gala Forces AVENIR au collégial. Pas mal pour un étudiant de 18 ans!

QUI SONT LES TMT EN AGRICULTURE?
Le Centre d’innovation sociale en agriculture (CISA) du Cégep de Victoriaville a déposé récemment les conclusions d’une recherche novatrice sur un phénomène qui a explosé au Québec depuis une décennie, soit le recours aux travailleurs migrants temporaires (TMT). En allant sur le terrain, à la rencontre de nombreux travailleurs, mais aussi d’employeurs, les chercheurs du CISA ont pu mieux cerner la réalité des TMT sur les fermes du Québec, évaluer les critiques rapportées à l’égard des programmes d’embauche et des conditions de travail, dresser un bilan actuel de la situation et proposer des avenues favorisant la résolution des principales situations problématiques relevées. Source : CISA

UN CONCENTRATEUR DE SIROP D’ÉRABLE À TRÈS HAUT RENDEMENT
Une collaboration entre le Cégep de La Pocatière et le Centre spécialisé de technologie physique du Québec (CSTPQ) a permis de développer un nouveau type d’évaporateur qui augmente la concentration de sucre de 2 à 66 degrés Brix avec une efficacité énergétique de plus de 20 fois supérieure à celle d’un évaporateur classique au bois ou au mazout. Il ne produit aucune émission de CO2, ne nécessite pas de cheminée, récupère toute l’énergie de la vapeur et procure une excellente qualité de sirop. Source : Cégep de La Pocatière

FAVORISER L’EMBAUCHE DES IMMIGRANTS
Accommodements raisonnables, obstacles à l’intégration en emploi pour les immigrants, stratégies des employeurs, adaptation au marché du travail : tous ces enjeux de société deviennent des questions à creuser pour l’Institut de recherche sur l’intégration professionnelle des immigrants (IRIPI) du Collège de Maisonneuve. En collaboration avec les cadres et les travailleurs d’une entreprise chimique de l’est de Montréal, les chercheurs de l’IRIPI mettent au point de nouveaux outils de gestion de la diversité tenant compte des particularités de ce milieu de travail. La participation des employés assure leur appropriation des changements de mode de gestion et une meilleure adaptation de l’entreprise à la réalité des immigrants. Source : Collège de Maisonneuve

DU HOUBLON POUR NOS BIÈRES QUÉBÉCOISES
Bière québécoise dites-vous? Son houblon est pourtant européen ou américain. Le Cégep de Thetford, à travers son entreprise-école Houblon Québec, termine sa recherche sur la transformation du houblon, en collaboration avec OLEOTEK et des producteurs québécois. Les résultats démontrent que le houblon québécois répondra aux normes de qualité exigées par l’industrie brassicole et permettra de brasser des bières 100 % québécoises. Source : OLEOTEK — Cégep de Thetford


Un événement mobilisateur sur la recherche collégiale

Deux jours d’activités, trois conférences, une table-ronde et deux séries d’ateliers ont composé la programmation du dernier congrès de la Fédération des cégeps, qui s’est tenu les 24 et 25 octobre dernier, à Québec. L’événement, réalisé en collaboration avec l’Association pour la recherche au collégial et le Réseau Trans-tech, a réuni près de 300 congressistes et suscité une réflexion sur le développement, les enjeux et les retombées de la recherche collégiale, tout en favorisant le réseautage, le partage d’expertise, la collaboration, ainsi que la création et le renforcement de partenariats de recherche entre les participants .

Ils l’ont dit au congrès :

« La recherche collégiale est un important vecteur de développement socioéconomique et ses résultats font progresser le Québec dans plusieurs secteurs. C’est pourquoi les Fonds de recherche soutiennent de plus en plus les chercheurs issus des cégeps, qu’ils travaillent seuls ou dans le cadre de collaborations avec les universités. »
— Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec

« Les cégeps sont au cœur du dispositif qui permet à toutes les régions de faire partie
de la société du savoir. »

— Pierre Duchesne, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science
et de la Technologie

« C’est une réalité qui n’est peut-être pas suffisamment connue, mais des résultats de la recherche collégiale ont une incidence marquée sur notre vie. La recherche collégiale nous prépare un avenir meilleur, dans de nombreux domaines. »

— Marie-France Bélanger, présidente du comité d’orientation du congrès et directrice générale, Cégep de Sherbrooke

MIROIR, MIROIR, QUI EST LA PLUS MINCE?
Depuis 2002, le  groupe de recherche ÉCOBES suit une cohorte de jeunes originaires du Saguenay — Lac-Saint-Jean. Âgés de 14 ans au moment de leur premier contact avec l’équipe de chercheurs, ces jeunes sont suivis dans leur évolution jusqu’à l’âge adulte. Un exemple de constat? Dans la perception qu’ils ont de leur corps et de leur apparence physique, les résultats sont inquiétants, particulièrement chez les filles : un nombre grandissant de filles de 14 à 18 ans souhaitent être plus minces, et celles qui sont satisfaites de leur image corporelle à 18 ans sont généralement celles ayant un indice de masse corporelle insuffisant. Source : Groupe ÉCOBES — Cégep de Jonquière.

RÉCUPÉRER DU CHROME D’UNE MANIÈRE SIMPLE ET ÉCOLOGIQUE
Le Centre des technologies de l’eau (CTE) vient de développer une nouvelle technologie écologique, compacte, sans apport de produits chimiques dangereux et capable de récupérer la totalité du chrome hexavalent présent dans les effluents industriels. Cette technologie développée au profit de Metafix, une PME québécoise, fait intervenir un résidu industriel ferreux pour précipiter le chrome. Un brevet vient d’être déposé pour protéger cette invention. Source : CTE — Cégep de Saint-Laurent

Pour en savoir plus sur la recherche collégiale

Consultez les présentations PowerPoint des conférenciers et des présentateurs du congrès en ligne

Consultez des liens utiles

Visitez le site de l’ARC

Visitez le site du Réseau Trans-tech