Communiqués

Recommandations finales de l’équipe de travail sur le maintien de l’accès à des services éducatifs de qualité

Dépôt du rapport sur l’accès à l’éducation : le gouvernement doit agir d’ici la fin de son mandat

Montréal, le 19 octobre 2005 – La Fédération des cégeps juge primordial que le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport mette rapidement en œuvre les recommandations du rapport sur l’accès à l’éducation rendu public aujourd’hui. « Notre système éducatif fait face à des défis majeurs qui appellent des actions immédiates. Les solutions retenues unanimement par l’équipe de travail méritent d’être débattues, sans œillères, d’ici la fin du mandat du gouvernement », a affirmé M. Gaëtan Boucher, président-directeur général de la Fédération des cégeps. M. Boucher a siégé comme membre de l’équipe de travail responsable de l’élaboration de ce rapport.

Parmi les quatre pistes de solution mentionnées dans le rapport, la Fédération des cégeps en retient deux qui lui apparaissent tout particulièrement prioritaires : la révision des modes de financement des réseaux de l’éducation et la mise en place d’une offre de formation mieux articulée dans les régions.

L’urgence d’un débat public sur le financement de l’éducation

Il est clair que le Québec doit revoir les modes de financement de son système éducatif. Les cégeps, qui souffrent d’un sous-financement alarmant depuis plusieurs années, évaluent leurs besoins récurrents à 245 M $. La possibilité de soutenir l’éducation à travers de nouvelles sources de financement doit être sérieusement envisagée, comme le propose le comité. Le recours à des experts chargés d’examiner entre autres la contribution des entreprises et des individus au financement de la formation technique constitue, notamment, une piste incontournable à explorer. Le débat public sur le financement de l’éducation, recommandé par le comité, doit donc être lancé dans les meilleurs délais.

Quant à la recommandation d’obtenir du gouvernement fédéral qu’il augmente ses transferts à l’éducation postsecondaire, elle rejoint pleinement l’une des préoccupations de la Fédération, qui réitère son plein appui au gouvernement du Québec dans ce dossier. Les cégeps devront recevoir 40 % des sommes qui seront allouées au Québec par le gouvernement fédéral.

La région comme pivot d’une meilleure offre de services éducatifs

Par ailleurs, la Fédération des cégeps considère comme particulièrement prometteuse la recommandation de consolider dans chaque région les tables de concertation actuelles, en leur confiant le mandat de mieux articuler l’organisation et l’offre de services éducatifs sur leur territoire, depuis le préscolaire jusqu’à l’université. Selon la Fédération, il s’agit là d’une piste intéressante pour consolider l’enseignement collégial dans toutes les régions du Québec, y compris Montréal, occuper de manière plus significative des créneaux d’excellence et renforcer le leadership des cégeps dans le développement socioéconomique de leur milieu. Le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport doit donc envoyer sans tarder un signal clair aux régions et aux réseaux d’enseignement pour qu’ils se mettent en marche à cet égard.

Une rare unanimité

Le fait que les recommandations de l’équipe de travail soient unanimes donne du poids au rapport final. « Tous s’entendent pour dire que la situation commande des actions pressantes et courageuses, qui doivent être examinées dans les meilleurs délais. Il en va de notre capacité comme réseaux d’enseignement à assumer pleinement notre mission, qui est essentielle au développement du Québec », a conclu M. Gaëtan Boucher.

– 30 –
Source : Caroline Tessier, directrice des communications
Téléphone : (514) 381-8631 poste 2337
Cellulaire : (514) 239-2088