Communiqués

Réaction de la Fédération des cégeps au budget du Québec 2019-2020

LES CÉGEPS APPLAUDISSENT AU RÉINVESTISSEMENT EN ÉDUCATION

Montréal, le 21 mars 2019 — Dans une réaction préliminaire au budget du Québec 2019-2020, la Fédération des cégeps applaudit au réinvestissement du gouvernement qui a répondu aux besoins exprimés par le réseau collégial public en ajoutant 103 M$ dans les crédits budgétaires des cégeps. En plus de couvrir les coûts de système, ces sommes incluent le financement des 68 M$ nécessaires à la mise en œuvre de la révision du modèle de financement des cégeps, et ce, dès l’année scolaire 2019-2020.

« Nous sommes ravis de voir un gouvernement faire de l’éducation sa priorité et de constater que les cégeps ont été entendus. En 2017, 81 % des emplois créés nécessitaient déjà une formation de niveau collégial et universitaire, et tout indique que, dans le futur, la capacité de hausser les compétences de la population jeune et adulte distinguera les sociétés aptes à faire face aux défis de l’économie du savoir. Il faut encourager les jeunes à poursuivre leurs études afin d’acquérir les compétences offertes à l’enseignement supérieur qui seront de plus en plus exigées dans les emplois futurs », a indiqué le président-directeur général de la Fédération des cégeps, M. Bernard Tremblay.

Les cégeps : un investissement judicieux pour le Québec

Il faut rappeler que les cégeps, présents sur l’ensemble du territoire québécois, constituent une réponse de premier ordre aux défis que le Québec et sa population sont appelés à relever au cours des prochaines années. Agiles, innovants et collaboratifs, les 48 établissements du réseau collégial public doivent par conséquent disposer du financement adéquat pour accomplir pleinement leur mission, qui évolue au rythme de la société elle-même. Ainsi, face aux besoins pressants de main-d’œuvre qualifiée, les cégeps veulent pouvoir assurer la réussite d’un plus grand nombre d’étudiantes et d’étudiants, et hausser les compétences des travailleurs, dans un contexte économique dont la transformation numérique trace toujours davantage les contours. Dans un monde où distinguer le vrai du faux est devenu une compétence essentielle, les cégeps veulent aussi continuer de développer la pensée critique chez leurs étudiants et les aider ainsi à anticiper les changements sociaux. Et, conformément à leur mission, dont la réussite scolaire constitue le cœur, les cégeps veulent continuer d’offrir aux jeunes et aux adultes, en plus d’une formation générale et d’une formation spécialisée de qualité, un milieu de vie favorisant la réussite, avec des services qui vont des centres d’aide à l’apprentissage et des services psychosociaux jusqu’aux services pour les étudiants en situation de handicap, ayant des besoins particuliers, autochtones et issus de l’immigration, en passant par les activités sportives et culturelles, les stages en milieu de travail et les services de mobilité étudiante.

Estimant qu’un plus grand nombre de jeunes et d’adultes doivent détenir un diplôme qualifiant, les cégeps souhaitent aussi bonifier leur offre de formation à distance, pour offrir leurs cours avec la flexibilité à laquelle les étudiants sont en droit de s’attendre aujourd’hui, en prenant davantage appui sur des méthodes pédagogiques novatrices faisant appel à l’utilisation des technologies. Concevant l’éducation au Québec comme un parcours continu s’échelonnant de la maternelle jusqu’aux études postdoctorales, la Fédération des cégeps salue donc la croissance de 6,1 % de dépenses des programmes en éducation et en enseignement supérieur.

Autres mesures à souligner

La Fédération des cégeps tient à souligner d’autres mesures touchant le réseau collégial. Le budget prévoit un montant de 5 M$, dont 2 M$ pour les cégeps, afin de permettre aux établissements d’enseignement supérieur d’adapter leur formation aux besoins de main-d’œuvre.

Par ailleurs, le modèle proposé pour le déploiement de la maternelle 4 ans reconnaît l’expertise des techniciens en éducation à l’enfance ou en éducation spécialisée dans l’accompagnement des enseignants.

Toutefois, la Fédération des cégeps est préoccupée par la création d’un centre d’acquisitions gouvernementales responsable, entre autres, des achats regroupés en éducation alors que les réseaux de l’éducation peuvent déjà compter sur Collecto, Services regroupés en éducation. Rappelons que le réseau collégial a été un précurseur il y a plus de vingt ans en se dotant de cet organisme voué au regroupement d’achats et qui répond aux particularités du monde de l’éducation.

La Fédération des cégeps est le regroupement volontaire des 48 collèges publics du Québec. Elle a été créée en 1969 dans le but de promouvoir le développement de la formation collégiale et des cégeps. Elle agit comme porte-parole officiel et lieu de concertation des cégeps, à qui elle offre des services en matière de pédagogie, d’affaires étudiantes, d’affaires internationales, de formation continue et de services aux entreprises, de financement, de recherche, de ressources humaines, d’évaluation de la scolarité, d’affaires juridiques, de ressources informationnelles, de négociation et de relations du travail. La Fédération des cégeps représente les collèges pour la négociation des conventions collectives.

— 30 —

Source : Fédération des cégeps

Renseignements : Judith Laurier, directrice des communications, 514 381-8631, poste 2337; cellulaire : 514 239-2088

Suivez-nous sur Twitter : @fedecegeps