Communiqués

87e Congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas)

UNE PLACE DE CHOIX POUR LA RECHERCHE COLLÉGIALE

Montréal, le 24 mai 2019 – Avec 10 colloques organisés et plus de 100 communications données par des chercheurs et des chercheuses en provenance d’une trentaine de cégeps et de plusieurs centres collégiaux de transfert de technologie (CCTT), la recherche collégiale sera encore une fois au rendez-vous lors du 87e Congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas), qui se déroulera du 27 au 31 mai prochains, à l’Université du Québec en Outaouais.

Les colloques : de la relève scientifique aux labos citoyens, en passant par l’intelligence artificielle, les cercles de dialogue et la transmission des langues autochtones

Parmi la dizaine de colloques mis sur pied par des chercheurs et chercheuses du réseau collégial public à l’occasion de ce 87e congrès de l’Acfas, deux aborderont des enjeux liés aux Premières Nations, tandis que le traditionnel colloque de l’Association pour la recherche au collégial (ARC) se penchera sur la formation de la relève scientifique. Par ailleurs, Céline Desjardins, coordonnatrice de la recherche scientifique à la Fédération des cégeps, participera à une table ronde sur l’engagement des étudiants collégiaux en recherche dans le cadre d’un colloque sur les défis de la recherche menée par ces chercheurs en herbe (colloque 1, 27 mai). De son côté, Francis Brown, directeur des affaires internationales à la Fédération des cégeps, présentera une analyse des possibilités et des tensions qui surgissent dans l’établissement de partenariats internationaux à l’occasion d’un colloque traitant des enjeux des systèmes d’éducation supérieur (colloque 516, 29 mai).

Enjeux et défis relatifs à l’autochtonisation des milieux d’enseignement postsecondaire au Québec : partage d’expériences sur les stratégies pédagogiques et les services aux étudiants autochtones (colloque 521)

Lundi 27 mai, de 8 h 30 à 16 h 30

À la lumière des appels à l’action de la Commission de vérité et de réconciliation, ce colloque se veut un pas de plus sur le chemin du nécessaire dialogue dans le domaine de l’éducation. Les défis sont encore nombreux pour que les milieux d’enseignement postsecondaire, les familles et les étudiants autochtones puissent collaborer à transformer la culture institutionnelle dominante en éducation et soutenir le développement de programmes et de milieux de vie qui répondent à leurs besoins et leurs aspirations respectifs. Ce colloque ouvrira un espace de partage expérientiel et de réflexion interdisciplinaire sur ces enjeux et ces défis en explorant des stratégies pédagogiques et institutionnelles employées par des projets collaboratifs et partenariaux entre les milieux autochtone et allochtone. Responsables : Katy Tanguay, Cégep de l’Outaouais, Audrey Rousseau, UQO, Sükran Tipi, Université Laval, Nancy Crépeau, Université d’Ottawa.

Journée de la recherche sur la motivation au collégial, 2e édition (colloque 541)

Lundi 27 mai, de 8 h 45 à 16 h 15

Lors de cette journée de colloque, des conférenciers provenant de cégeps et d’universités variés présenteront les résultats de leurs récents travaux de recherche, tous découlant de données recueillies auprès de collégiens, et ayant tous comme point commun de traiter de la motivation à apprendre, mais sous différents angles d’approche. Des idées de pratiques pédagogiques pourront alors émerger, inspirées par la mise en commun des résultats présentés par les chercheurs et par les échanges avec l’assistance, formée de décideurs, de chercheurs et de pédagogues. Responsable : Isabelle Cabot, Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu.

Performances et particularités des défis de la recherche menée par les étudiants au collégial (colloque 1)

Lundi 27 mai, de 8 h 50 à 18 h 30

Ce colloque a pour objectif de susciter un large échange sur les performances, les défis, les particularités, les contraintes et les questionnements liés à l’intégration des étudiants de niveau collégial dans les recherches menées dans tous les domaines de sciences. Il réunira un nombre important et diversifié de partenaires, incluant les centres collégiaux de transfert de technologie (CCTT), les chaires de recherche industrielle et les collèges publics et privés qui viendront présenter chacun leurs expériences dans l’encadrement des travaux d’étudiants de niveau collégial. Responsable : Mohamed Benhaddadi, Cégep du Vieux Montréal.

Pour que la formation de la relève scientifique soit sur toutes les lèvres (colloque 9)

Mardi 28 mai, de 8 h 45 à 19 h

Parmi les enjeux actuels de la recherche, la formation de la relève est sur toutes les lèvres. Le gouvernement fédéral a inscrit dans le budget de 2018 sa volonté de soutenir la formation de la prochaine génération de chercheuses et de chercheurs. Déjà, en 2015, le Comité intersectoriel étudiant des Fonds de recherche du Québec affirmait que la promotion de la recherche dès le collégial représentait une stratégie intéressante pour promouvoir l’accessibilité aux études aux cycles supérieurs. Le colloque de l’Association pour la recherche au collégial (ARC) sera l’occasion de discuter et de débattre autour de la formation de la relève scientifique, un sujet qui relève de la science, bien sûr, mais aussi de la politique, de l’éthique, de l’économie et de la culture. Responsables : Lynn Lapostolle et Hélène Tardif, Association pour la recherche au collégial (ARC).

Enjeux globaux et locaux de l’innovation technologique et sociale : réalités et potentiels des Living Labs, Fab Labs et labos citoyens (colloque 603)

Mardi 28 mai, de 8 h 30 à 16 h 30, et mercredi 29 mai, de 8 h 30 à 16 h 50

Ce colloque présentera diverses communications au sujet des nouvelles manières d’organiser la collaboration qu’on retrouve dans les Living Labs, les Fab Labs ainsi que les labos citoyens. Ces labs, quelle que soit leur forme, contribuent au développement de projets en provenance des entreprises, des organismes publics ou du milieu de la recherche. Ils permettent la formation de véritables communautés par l’entremise de relations de confiance, d’entraide et de partage qui se tissent entre les porteurs de projets. Ce colloque cherchera à comprendre les rôles des différents acteurs, mais également les rôles des labs en réponse aux enjeux globaux et locaux d’innovation technologique et sociale. Responsables : Audrey Morin et David Guimont, Cégep de Rivière-du-Loup, Jacques A. De Guise, École de technologie supérieure, Brigitte Trousse, Université Côte d’Azur, Danielle Fontaine, UQAR, Ann-Louise Davidson, Université Concordia, Arnaud Scaillerez, Université de Moncton.

Le dialogue : fondements, pratiques, conditions de possibilité – Congrès annuel de la Société de philosophie du Québec (colloque 315)

Mardi 28 mai, de 8 h 30 à 19 h, mercredi 29 mai, de 8 h 30 à 19 h, et jeudi 30 mai, de 8 h 30 à 15 h 50

Le Congrès annuel de la Société de philosophie du Québec s’intéressera cette année à la notion de dialogue, notamment en lien avec sa définition, sa pratique, son importance dans la recherche de la vérité et ses conditions de possibilité, tant sur le plan de la métaphysique, de l’épistémologie, de la politique que de l’éthique. Et qu’en est-il du dialogue interculturel ou interreligieux? Comment penser le dialogue entre les États, voire entre les individus, qui entretiennent des rapports de pouvoir asymétriques ou des rapports de domination? Responsables : Geneviève Barrette, Collège Montmorency, Sophie Cloutier, Université Saint-Paul.

Littératie au collégial : lire, écrire et parler pour apprendre (colloque 545)

Mercredi 29 mai, de 8 h 45 à 18 h

Ce colloque souhaite stimuler l’intérêt de la communauté enseignante et professionnelle du collégial pour la question de la littératie ainsi que pour les pratiques favorisant son développement chez les étudiants. En réunissant les chercheurs et praticiens s’intéressant à la littératie au collégial selon différents cadres d’intervention, il vise à alimenter la réflexion sur les actions qu’il est possible de mettre en œuvre dans ce contexte et à provoquer des discussions constructives quant aux problèmes des populations les plus à risque du réseau collégial et aux approches les plus susceptibles d’améliorer leurs compétences en littératie. Responsable : Catherine Bélec, Cégep Gérald-Godin.

Assurer la relève pour la transmission et l’enseignement des langues autochtones (colloque 618)

Mercredi 29 mai, de 8 h 45 à 19 h, et jeudi 30 mai, de 9 h à 15 h 30

Ce colloque sera l’occasion de faire le point sur les possibilités et les besoins de formation ou de perfectionnement pour les formateurs, les enseignants et les professeurs de langues autochtones. Il réunira des acteurs de différents milieux et favorisera les discussions entre les représentants des communautés et les chercheurs universitaires. Ce colloque permettra également d’aborder la question des compétences à développer chez le personnel enseignant et du type de formation nécessaire pour l’enseignement et la transmission des langues autochtones. Responsables : Jimena Terraza, Collège des Premières Nations Kiuna (Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue et Dawson College), Marco Bacon, UQAC.

Intelligence artificielle et cybersécurité : convergence étonnante et effets des points de vue offensifs et défensifs (colloque 214)

Jeudi 30 mai, de 9 h à 16 h

Depuis des années, on observe que les approches d’apprentissage automatique ou profond, d’inférence de modèles et d’analyse des données facilitent l’élaboration et la mise à jour des modèles de détection et des moyens de défense des cyberattaques. Considérant que l’intelligence artificielle (IA) est utilisée dans les cyberattaques tout autant que dans la détection et la défense de ces cyberattaques, ce colloque discutera des scénarios de confrontation des modèles basés sur l’IA (la machine contre la machine, en quelque sorte), et en présentera les aspects techniques, logistiques ainsi que les incidences financières et sociales. Responsables : François Perron, Cégep de l’Outaouais, Fehmi Jaafar, Centre de recherche informatique de Montréal.

Accompagner la décolonisation dans l’environnement éducatif collégial : cercle de dialogue, enseignement, recherche et communautés autochtones (colloque 13)

Jeudi 30 mai, de 9 h à 19 h, et vendredi 31 mai, de 9 h à 16 h

Ce colloque s’inscrit en continuité des actions de plusieurs instances existantes en éducation et en recherche qui reposent sur des principes de justice sociale et qui visent également à soutenir la réciprocité des relations entre enseignement, recherche et communautés autochtones. Il sera l’occasion de réunir des perspectives francophones, anglophones et autochtones dans le but de développer une approche critique de la réconciliation. Il présentera certaines avancées ainsi que les enjeux et défis propres à une approche interculturelle de la décolonisation pédagogique. Responsables : Louise Lachapelle et Katia Tremblay, Collège de Maisonneuve, Julie Vaudrin-Charette, Université d’Ottawa, Jeanne D’Arc Vollant, Mamu minu-tutamutau.

Communications : de l’édition savante en contexte numérique à l’adaptation des séries télévisées, en passant par la sonde quantique, l’appropriation culturelle, les néoagriculteurs et les adhésifs biosourcés

Dans le cadre de colloques organisés par leurs collègues des réseaux collégial ou universitaire, ou encore par le biais de communications libres, plus d’une centaine de chercheurs et de chercheuses de cégeps présenteront leurs résultats de recherche tout au long de cette semaine de congrès, et ce, dans une grande variété de champs d’études.

Lundi, par exemple, tandis que Jean-François Vallée du Collège de Maisonneuve s’intéressera à l’édition savante et littéraire à l’ère numérique (colloque 313, 27 mai), Stéphanie Facchin et Sabrina Boisvert de Cégep à distance discuteront de motivation scolaire en contexte d’enseignement à distance (colloque 541, 27 mai). Le même jour, Benoît Moncion du Cégep Édouard-Montpetit mettra pour sa part en lumière quelques stratégies de mise en scène de soi (colloque 316, 27 mai).

Le lendemain, alors que France Giroux du Collège Montmorency mettra en cause les « empêcheurs de dialoguer d’égal à égal » et qu’Amadou Sadjo Barry du Cégep de Saint-Hyacinthe s’entretiendra d’appropriation culturelle (colloque 315, 28 mai), Isabeau Four, Olivier Corbin-Charland, France Lavoie et Maricarmen Merino, du Centre d’étude en responsabilité sociale et écocitoyenneté (CÉRSÉ) et du Collège de Rosemont, mettront de l’avant l’innovation en entrepreneuriat social à l’œuvre dans le cas de l’esplanade de Montréal (colloque 459, 28 mai).

Mercredi, Jérôme Bourassa du Cégep de Granby viendra présenter une nouvelle sonde quantique de résonance magnétique (colloque 211, 29 mai), tandis que Roxanne Lajoie du Collège Lionel-Groulx exposera la symbolique de l’arbre refuge en création littéraire (colloque 305, 29 mai). De leur côté, Marie-Joëlle Brassard, Catherine Théberge et Pierre-Olivier Ouimet, du Centre d’innovation sociale en agriculture du Cégep de Victoriaville, chercheront des passerelles pour un renouveau territorial en brossant le portrait des néoagriculteurs (colloque 431, 29 mai).

En outre, les deux derniers jours de ce 87e congrès de l’Acfas seront notamment l’occasion d’entendre Audrey Morin du Cégep de Rivière-du-Loup discuter de tourisme en termes de dépossession et de résistance (colloque 440, 30 mai), Emmanuel Lépine du Cégep de Trois-Rivières poser quelques « colles » à propos des adhésifs biosourcés pour le bois (colloque 216, 30 mai), Eva Quintas du Cégep de Saint-Laurent explorer la médiation culturelle numérique à travers quelques repères historiques et conceptuels (colloque 614, 31 mai) et, enfin, Sophie Beauparlant du Cégep de Jonquière analyser les complexités diagonales à l’œuvre dans l’adaptation transnationale des séries télévisées québécoises (colloque 309, 31 mai).

La recherche collégiale, c’est…

Depuis leur création, les cégeps contribuent à l’accroissement du savoir et à l’avancement des sciences à travers des projets de recherche dans des champs d’application multiples et variés ainsi qu’à travers des collaborations fructueuses avec les universités. Les chercheurs du collégial exercent leurs activités de recherche au sein de leur département ou dans des groupes de recherche. Dotés d’une dizaine de centres de recherche et de 55 centres collégiaux de transfert de technologie (CCTT) répartis sur l’ensemble du territoire, les cégeps répondent à des besoins d’innovation et de transfert technologique dans les organisations et dans les entreprises, en particulier dans les PME, ou encore mènent des travaux axés sur le développement de pratiques sociales novatrices dont les retombées profitent à la société dans son ensemble. En créant des conditions propices à la recherche pour les enseignants comme pour les étudiants, les professionnels et les employés de soutien, ils favorisent l’émergence de la relève scientifique tout aussi bien que la vitalité des programmes d’études.

La Fédération des cégeps est le regroupement volontaire des 48 collèges publics du Québec. Elle a été créée en 1969 dans le but de promouvoir le développement de la formation collégiale et des cégeps. Elle agit comme porte-parole officiel et lieu de concertation des cégeps, à qui elle offre des services en matière de pédagogie, d’affaires étudiantes, d’affaires internationales, de formation continue et de services aux entreprises, de financement, de recherche, de ressources humaines, d’évaluation de la scolarité, d’affaires juridiques, de ressources informationnelles, de négociation et de relations du travail. La Fédération des cégeps représente les collèges pour la négociation des conventions collectives.

— 30 —

Pour suivre les activités des cégeps au 87e congrès de l’Acfas en direct sur Twitter, rendez-vous sur le compte @fedecegeps ou recherchez le mot-clic #AcfasCégep.

Pour la programmation complète du 87e congrès de l’Acfas, visitez le site Web de l’Acfas.

Source : Fédération des cégeps

Renseignements : Mathieu St-Onge, conseiller en communication, mathieu.st-onge@fedecegeps.qc.ca; cellulaire : 514 561-7845